Announcement: Un service clef sur porte !

Nous intervenons chez vous pour tout problème ou installation informatique. Nous sommes spécialistes multi-os (Windows, Mac, Linux, …) que ce sois en stations de travail, serveurs d’entreprise ou serveurs en ligne (firewall, routeur, web, mail,…). Votre entreprise n’a pas besoin d’avoir un responsable informatique à plein temps ? Nous avons la solution pour vous avec nos différentes formules de contrats de maintenance.

Belgacom Cloud

 

 

Experts en réseau, virtualisation, bureautique, sécurisation, impression professionnelle, … N’hésitez pas à nous contacter, nous sommes là pour vous. Téléphonez-nous au 02.521.10.08 ou contactez-nous via mail (contact@pcsamu.be)

Posted in Services | Comments Off on Announcement: Un service clef sur porte !

Plus de support pour Win XP ? Pas de panique, il n’y a aucun problème !

Windows XP Logo

Un vent de panique s’empare ces derniers jours du web et des médias. Microsoft arrête le support de Windows XP ! Mais que fait la police ? (Justement, ils paniquent aussi vu qu’ils sont en XP…)

 

Tout d’abord, que veut dire ‘Arrêter le support’ ?

Microsoft ne fera plus les mises à jour classiques pour améliorer le système, ne corrigera plus les failles de sécurité (encore des failles après 10 ans de correction ???) et n’alimentera plus le moteur antivirus, spyware, malware, etc. Il n’y aura également plus de support en ligne ou par téléphone.

Faut-il prendre cela au sérieux ? Mon système va-t-il s’arrêter de fonctionner correctement ?

Non pas du tout. Windows XP est un système qui a fait ses preuves pendant des années. Il a été mis à jour, corrigé et surveillé pendant plus de 10 ans. Il ne va donc pas devenir mauvais du jour au lendemain, loin de là. Vous avez donc avec votre vieux Windows XP un système moins sexy que Windows 8, mais bien plus stable et sécurisé. La chance de perdre toute vos données ou de ne plus avoir un OS fonctionnel viendra plus d’une erreur humaine ou une panne matérielle.

Je veux garder ma vieille bécane avec mon Windows XP, que faire ?

Rien de spécial. A part installer une suite de sécurité qui combine un antivirus et un pare feu (d’une autre marque que Microsoft bien sûr). De cette façon, votre système sera encore toujours mis à jour au niveau de la sécurité du système de fichiers, du réseau et d’internet.

Windows XP a-t ‘il encore des avantages ?

Bien sûr, surtout si vous l’utilisez comme deuxième ou troisième pc, pour les enfants ou pour une application particulière (par exemple : votre vieux soft de compta). Il est léger, facile à utiliser et finalement fait il vraiment tellement moins que les nouveaux OS’s ?

Posted in Software | Tagged , , , | Leave a comment

Google présente Android Ice Cream Sandwich

Android 4.0 a été présenté ce mercredi par ses développeurs à Hong Kong. Au menu : cohérence, raffinement graphique, nouvelles API, imports salutaires d’Honeycomb et surtout de logiciels tiers.

Je ne regrette ni ma nuit blanche, ni la dose de caféine que je viens d’ingurgiter. Google vient de révéler Ice Cream Sandwich, la dernière version d’Android, à la hauteur de mes attentes et offrant bien plus. Pour rappel, cette quatrième version majeure est censée unifier l’utilisation et le développement du système sur toutes les plates-formes, du smartphone à la tablette en passant par les TV connectées, voire les systèmes embarqués pour les plus courageux. Cette présentation s’est concentrée sur les nouveautés pour l’utilisateur, ce sera donc l’objet de ce billet.

Passons rapidement sur le Galaxy Nexus (vrai nom du Nexus Prime), aux caractéristiques correspondant aux attentes, notamment un écran de 4,65 pouces incurvé (1280×720), un processeur double cœur de 1,2 Ghz et une caméra de 5 megapixels, pour une épaisseur de 8,9mm, la même que le Galaxy S II. Comme le Nexus S, il s’agit bien d’un smartphone de référence, qui semble parti pour rester au mieux matériel pour l’année à venir. Tim Bray, de l’équipe des développeurs, le décrit d’ailleurs en détail, avec la difficulté à atteindre les deux extrémités de l’écran à une main, compensée selon lui par la qualité de l’affichage. Il sera commercialisé à partir de novembre aux Etats-Unis, en Europe et en Asie, à un prix inconnu.

Sentiments, inspiration (copie) et unification

L’objectif est clair pour Google : simplifier Android. Dès son arrivée sur scène, Andy Rubin, créateur du système, insiste sur le besoin de simplicité et d’intuitivité. Ce que confirmeront toutes les présentations suivantes. Pour la firme, « les gens apprécient Android, mais ne l’aiment pas ». Ce à quoi il faut remédier, par trois nouveaux principes : « Enchant me, Simplify my life, Make Me Awesome », soit « Enchante-moi, Simplifie ma vie et Rends-moi génial ». Google a emprunté son sens de la modestie à Cupertino, ce qui n’est pas un mal.

Ce n’est d’ailleurs pas tout ce qu’ils ont emprunté. Le premier chantier sur Ice Cream Sandwich est bien le design, notamment avec l’arrivée d’une nouvelle police de caractères, conçue pour être lisible sur des écrans à forte densité. Un mouvement bienvenu après l’utilisation de Droid, sympathique mais loin d’être toujours lisible. L’équipe insiste sur la prise d’inspiration dans le milieu du design, notamment web, désormais dominé par le minimalisme et l’importance du choix typographique. Un demi-aveu que l’apparence était une préoccupation mineure depuis presque quatre ans… A voir si la nouvelle interface holographique, introduite avec Android 3.0 il y a six mois, plaira autant qu’ils l’espèrent.

Une autre nouveauté, présentée comme mineure, règle l’un des grands défauts d’Android : le déplacement des boutons de navigation (Retour, Accueil et Applications récentes) du matériel à l’écran. Finis, donc, les boutons placés selon le bon vouloir du constructeur (qui change leur position d’un modèle à l’autre), les disparitions, les fusions (la gamme Samsung Galaxy plaçant la recherche en « appui long » du bouton Menu) et le sentiment persistant de négligence d’un point pourtant crucial. Cette logique est un portage salutaire des boutons logiciels testés sur Honeycomb, qui se cachent également à l’utilisation du plein écran (vidéos ou jeux) et s’orientent avec l’appareil.

Les améliorations suivantes, du « bureau » ou « lanceur » sont directements inspirées – sinon copiées – de logiciels tiers. Les widgets sont désormais mis en avant et redimensionnables, comme sur Honeycomb et surtout LauncherPro, qui le propose depuis bien longtemps. Il est également possible d’ajouter des applications à des « dossiers », à la manière d’iOS et, encore une fois, des « launchers » tiers. Même chose pour le « favorites tray », le « tiroir » d’applications disposé en bas de l’écran d’accueil, désormais personnalisable.


Le bureau d’Ice Cream Sandwich

Un système rénové, aux interactions cohérentes

Même s’il n’a pas été prononcé, le mot « cohérence » est bien celui qui a dirigé les nouvelles interactions. Un nouveau geste fait son entrée : le balayage latéral (peu importe le sens), qui permet de « fermer ». Que ce soit une application dans la liste des processus, une notification dans le menu dédié ou un onglet dans le navigateur, ce geste est utilisé partout où il peut l’être.

Simple et avant oublié de Google, ce mouvement était utilisé par les constructeurs pour des actions diverses. Samsung y attribue l’appel ou l’envoi d’un SMS à un contact dans le journal d’appel, par exemple. Google suit – encore – les pas d’Apple en insistant à la fois sur la simplicité du geste, sa cohérence au travers du système et surtout son existence par trois démonstrations en une quinzaine de minutes. Autre effort de cohérence, les écrans de choix (écran de verrouillage, écran lors d’un appel…) affichent tous les options disponibles dans un cercle central.

La volonté est la même avec la reconnaissance faciale, utilisée à la fois pour débloquer l’appareil (en lieu et place de tout code) et la mise au point automatique sur les visages dans l’application photo. Le marketing semble avoir une meilleure prise dans l’équipe Android.

D’autres mises à jour, inspirées d’applications tierces, de ROM non-officielles, voire d’OS concurrents, ont fait leur entrée. Le menu de notification affiche désormais les icones de contact pour les messages et un menu de contrôle des applications musicales, déjà proposé dans Honeycomb. Arrive également un nouveau clavier avec une correction manuelle au « tap » sur le mot. Lors du refus d’un appel, il est désormais proposé d’envoyer un SMS (personnalisable) pour le justifier sans effort. Une somme d’ajouts mineurs qui rendent l’OS plus pratique, donc.


Contrôle de la consommation data

Un nouvel outil fait enfin son apparition : un gestionnaire de consommation de données. Des solutions alternatives, comme NetCounter, existaient auparavant mais ne disposaient pas du niveau d’intégration de cette version. En plus de résumer la consommation d’énergie (par période et application), il permet de définir des alertes à certains seuils et même de prévoir la consommation à venir. La fonction la plus intéressante est la limitation (voire l’interdiction) d’utilisation de données d’une application en tâche de fond, ce qui économise à la fois la batterie et le réseau. L’entreprise a clairement écouté les utilisateurs, développeurs et surtout regardé ce que la communauté a ajouté au système via les versions non-officielles, pour les intégrer à la « distribution » principale.

Des applications à la sauce Barre d’actions

Un autre chantier important pour Google est d’éliminer le bouton Menu, pour n’en laisser que trois sur les quatre présents aux débuts du système. La firme l’avait entamé sur tablette, avec Honeycomb, par l’introduction de la « barre d’action » (action bar) et l’affichage de ce bouton dans la barre système uniquement quand l’application (ancienne ou nouvelle) en dispose. La barre d’actions est donc généralisée à toutes les applications made in Google, de Gmail à Google+.

Le navigateur a bénéficié d’un soin particulier (attendu, lui aussi…). Le nombre d’onglets ouvrables simultanément est doublé (passant à 16), les marques-pages sont désormais synchronisables avec le compte maison (donc Chrome) et il est possible de sauvegarder une page pour sa lecture hors-ligne. L’application Gmail amène surtout des améliorations ergonomiques et la recherche hors-ligne, qui manquait réellement jusqu’ici.

L’application photo a également reçu un lifting. Accessible directement depuis l’écran de verrouillage, elle supprime le délai d’obturation, pour des clichés quasi instantanés. Elle se dote aussi de filtres « vintage » et une fonction « panorama en un mouvement », pour créer des panoramas assistés par l’appareil (affichage en direct et assemblage automatique). Le premier ajout n’est pas anodin : les filtres permettent à Google de court-circuiter les services comme Instagram ou Lockerz et leurs hébergements privés en privilégiant l’envoi (possiblement automatique) sur son réseau Google+, que Mountain View aime mesurer en termes de photos hébergées.


Le nouveau menu de contacts, la « People app »

La dernière grande nouveauté est la « People app », l’évolution du carnet d’adresses. Avec un nouveau design centré sur un « affichage magazine », il ajoute quelques informations, dont des photos en haute résolution tirées des services liés au compte (Twitter, Facebook, LinkedIn, Last.fm…). Le clic sur l’icône d’un contact dans une application (type Gmail) ouvre maintenant une « carte » en surimpression avec tous les moyens de contact. Il s’agit bien plus d’une évolution de style qu’une révolution, les fonctions mises en valeur étant déjà présentes depuis longtemps dans le système depuis Froyo.

Aussi, dans l’idée de « prendre » les bonnes idées là où elles sont, Google introduit Android Beam, un équivalent à l’application Bump, qui permet le partage d’informations en entrechoquant deux appareils. Sauf que contrairement à Bump qui exploite le Bluetooth, le « beam » utilise la puce NFC de l’appareil. Google oblige, il utilise directement les services de la marque, de Google Maps à Youtube.

Plus intéressant, le partage d’application : une application lancée lors d’un entrechoc sera « transférée » sur l’autre appareil sous la forme de sa fiche sur l’Android Market. Je doute sincèrement que Google ouvre cette fonction pour permettre à d’autres magasins, comme l’Amazon AppStore, d’en bénéficier. Encore une fois, Mountain View brouille la différence entre son système et ses apps…

La majorité de ces nouveautés est accompagnée d’API mis à jour, disponibles dès maintenant (avec le SDK), pour que l’ensemble des applications puissent y avoir accès. Certaines se sont déjà adaptées (ou s’adaptent en ce moment) à la barre d’actions. Espérons que cette annonce accélèrera le mouvement. Aucune nouvelle enfin de l’Android Open Source Project (AOSP) et de la libération du code source de cette version. Selon Engadget, le Nexus S sera mis à jour vers ICS, qui serait compatible avec tous les appareils sous Gingerbread (2.3). L’espoir de voir les smartphones de 2010 sous Android 4.0 est donc justifié.

Source : ZDNET

Posted in Hardware, Mobile | Leave a comment

Belgacom met ses clients en garde contre la fraude

Certains clients de Belgacom ont récemment reçu une lettre dans leur boîte aux lettres les invitant à renouveler leur nom de domaine moyennant paiement. Pourtant, les clients de Belgacom disposent d’un nom de domaine gratuit, inclus dans leur abonnement internet. La lettre n’avait pas été envoyée par Belgacom, mais par la société « Domain Renewal Group ». Cette démarche relève manifestement d’une intention frauduleuse.

Belgacom appelle ses clients à ne surtout pas accéder à la demande d’autres sociétés les invitant à renouveler leur nom de domaine contre paiement. Elle rappelle à ses clients que leur nom de domaine est renouvelé automatiquement. Les noms de domaine faisant partie d’un abonnement internet demeurent gratuits, même en cas de renouvellement.

Belgacom a réagi immédiatement à l’initiative frauduleuse en signalant la fraude par e-mail à ses utilisateurs de nom de domaine. Si le client le juge nécessaire, il peut demander à Belgacom de lui envoyer l’ensemble des informations et directives relatives à son nom de domaine. Belgacom fait remarquer qu’elle ne possède aucun lien avec la société Domain Renewal Group et que cette dernière n’est nullement chargée de renouveler les noms de domaine de Belgacom pour son compte.

Belgacom a également déposé plainte auprès de la Federal Computer Crime Unit (FCCU) et du SPF Économie.

Les clients confrontés à de telles pratiques frauduleuses sont invités à les signaler sur le site abuse@belgacom.be.

Plus d’infos sur les solutions Belgacom Security : www.belgacom.be/security.

Posted in Services | Leave a comment

Votre guide de sécurité gratuit

Sécurité Informatique Pour Les NulsNotre partenaire Trend Micro vous propose le guide de sécurité pour les nuls gratuitement. Un petit E-Book, très rapidement lu, qui peut vous éviter pas mal de désagréments. Nous vous rappelons également que nous sommes donc disponibles pour toutes les solutions logicielles Trend Micro.

Sécurité Informatique Pour Les Nuls. Des étapes simples pour protéger votre entreprise des virus, spams et logiciels espions.
Télécharger maintenant
 

Posted in Services | Leave a comment

Internet Explorer 9 : 2,3 millions de téléchargements en 24 heures

Technologie – Microsoft a annoncé avec satisfaction ce résultat. Mais le record absolu est toujours détenu par Firefox 3…

Disponible en version finale depuis le 14 mars, Internet Explorer 9 a connu un bon démarrage. Microsoft a communiqué sur les premiers chiffres en annonçant 2,35 millions de téléchargements en 24 heures soit 27 téléchargements toute les secondes. « 2,3 millions de téléchargements en 24 heures, c’est plus du double du million de téléchargements de la beta d’IE9 et 4 fois celui de la Release Candidate sur la même durée », écrit Ryan Gavin, le directeur business et marketing d’Internet Explorer.

Bien que très satisfaisant, ce chiffre est malgré tout encore très loin du record absolu détenu par un autre navigateur. Il s’agit de Firefox 3 qui a dépassé les 8 millions de téléchargements en 24 heures entre le 17 et le 18 juin 2008. Le fait que l’on ne puisse pas installer IE9 sous Windows XP (55% de parts de marché en février 2011) a sans doute joué…

(Eureka Presse)

Posted in Software | Leave a comment

Soluto accélère le démarrage de Windows

Ce logiciel gratuit encore en bêta permet de réduire le temps de chargement de l’OS, en toute simplicité, par le biais d’une interface attrayante.
Un logiciel simple à utiliser, beau et efficace c’est rare. Surtout lorsqu’il s’agit d’optimiser Windows et son légendaire temps de chargement.

Soluto, lancé fin mai 2010, est pourtant l’exception qui confirme la règle : on peut mettre les mains « dans le cambouis » sans risque et avec beaucoup de simplicité grâce à une interface vraiment très originale. Et en plus il est gratuit…

Le principe de l’application est de calculer la durée d’initialisation de Windows, d’analyser les applications chargées en mémoire et de déterminer lesquelles pourraient être supprimées du processus pour gagner du temps aux prochains chargements. Le résultat est plutôt bluffant.

Au travers de son interface, Soluto propose trois catégories : les programmes pouvant être supprimés du chargement sans hésitation, ceux que l’on peut potentiellement éliminer et ceux que l’on ne peut pas. Pour chacun d’eux, l’application indique leur temps de chargement et, sur un simple clic, indique à quoi sert le logiciel. Les explications sont en anglais mais demeurent claires, même si l’on ne maîtrise pas cette langue. Et lorsqu’une action est proposée, l’application détaille clairement ce qui va se passer, difficile voire impossible de se tromper.

Les tests effectués ont montré l’efficacité du logiciel : il est parvenu à réduire d’environ 30 % le temps de chargement de leur Windows sans altérer la stabilité du système. Toujours en cours de développement, Soluto est proposé gratuitement dans une version bêta. (Source : 01net.com)

Posted in Non classé | Leave a comment

Test du Blackberry Torch 9800

Après son lancement dans le courant de l’été aux Etats-Unis chez AT&T, le Blackberry Torch 9800 arrive en France et au Canada.L’annonce par RIM de ce nouveau mobile avait attiré mon attention tant par le format que par le nouvel OS qu’il embarque.

C’est donc tout naturellement que j’ai choisi ce modèle pour changer mon Blackberry Bold 9700… Alors qu’en est-il un peu plus d’une semaine après son achat ?

Les caractéristiques techniques

  • Dimensions (Hauteur x Largeur x Profondeur en mm) : 111 x 62 x 14.6
  • Ecran Tactile multi-points 3,2 » 480 x 360 pixels
  • Clavier QWERTY (ou AZERTY en France) compact et pavé tactile de navigation
  • Mémoire : 512 Mo interne + 4 Go eMMC
  • Carte micro SD 4Go incluse (Mémoire extensible jusque 32 Go)
  • Appareil photo 5 mégapixels avec autofocus, flash et géotagging
  • A-GPS
  • Bluetooth 2.1 EDR + Wifi 802.11n
  • Réseau : UMTS 850/1 900/2 100 ; GSM/GPRS/EDGE 850/900/1 800/1 900
  • Sortie casque jack 3,5 mm
  • Poids : 161g
  • Autonomie maximale en veille : 429h
  • Autonomie maximale en communication : : 5h50
  • Niveau d’exposition (DAS) : 0,86
  • Nouvel OS BlackBerry 6

Test rapide en vidéo

Lien vers la vidéo pour consultation mobile

(Désolé pour la qualité du son et de la vidéo mais je n’avais que ma webcam sous la main)

Vidéo prise de nuit : http://www.youtube.com/watch?v=ijV9gZAlrrA

Vidéo prise de jour : http://www.youtube.com/watch?v=BxspHJgxrHw

Les points positifs

  • Format du téléphone
  • Appareil très réactif
  • Ergonomie en hausse
  • OS6
  • Navigateur (enfin) à la hauteur de la concurrence grâce au webkit
  • Finition de l’appareil (et du slide)
  • Amélioration générale des caractéristiques de l’appareil
  • Conserve toutes les forces du Blackberry
  • Bonne autonomie (même si un peu en retrait par rapport au 9700)
  • Écran tactile réactif
  • Appareil 5 M de pixels avec autofocus et différents modes

Les points négatifs

  • Son du haut parleur (à la hauteur du Blackberry 9700 mais toujours en deçà du Blackberry 9000)
  • Applications ne fonctionnent pas toutes (Linkedin, Les Affaires, Deezer….) ou ne sont pas toujours adaptées (Eurosport…)
  • Slide difficile à manipuler d’une seule main
  • Clavier parfois un peu limite pour les « gros doigts »
  • Écran en retrait face à la concurrence (résolution identique au Bold 9700 pour un écran plus grand)
  • Ne filme pas en HD
  • Contenu de la boîte décevant pour un appareil de cette gamme chez Blackberry (pas de housse offerte, écouteurs pas forcément de bonne facture…)
  • Synchronisation Mac toujours pas au niveau de celle sous Windows

Conclusion

Le format offre un bon compromis entre un appareil tout tactile et un Blackberry plus classique. La prise en main est bonne et l’OS 6 est un vrai plus. Du bon travail pour améliorer l’expérience de l’utilisateur Blackberry au niveau de l’ergonomie et des fonctionnalités.

Un achat que je ne regrette vraiment pas malgré quelques points négatifs qui pourraient vraiment être amélioré par RIM. Au delà de certaines caractéristiques techniques il est quand même regrettable que RIM supprime certains éléments du contenu de la boite pour se mettre au niveau de ses concurrents…. Ainsi, l’appareil n’est plus fourni avec son étui et il n’est pas compatible avec les étuis précédent concernant son blocage automatique. Vraiment dommage d’autant plus que la gamme des accessoires et intéressantes notamment le dock qui semble très pratique et très bien fini.

Si vous avez l’occasion de le tester un peu avant l’achat, n’hésitez pas pour vous faire une petite idée. ;)

Et si vous l’avez déjà acheté, j’attends vos retours !

Source : http://www.blackberry-fr.com

Posted in Mobile | Leave a comment

Dropbox évolue

Dropbox va prochainement ajouter une option à son service : la synchronisation sélective. A la base Dropbox permet de synchroniser le contenu d’un dossier entre plusieurs machines (Mac OS X, Windows ou Linux). Aujourd’hui, chaque fois que l’on glisse un élément dans son dossier Dropbox, toutes les autres machines le reçoivent automatiquement sitôt qu’elles sont allumées.

dropboxsynchro

Dorénavant on pourra synchroniser ce même élément sur certains postes seulement. Autant de place de gagnée parfois si le disque dur de l’un est déjà plein, ou de temps de synchronisation en moins. Pour mémoire, les offres de Dropbox vont de 2 Go (gratuit) à 50 ou 100 Go (payant). Sans parler de certains contenus (par exemple des photos personnelles) dont on n’a pas nécessairement besoin sur une machine de travail.

Si vous voulez tester cette version béta : http://forums.dropbox.com/topic.php?id=20472

Posted in Non classé | Leave a comment

Google a mis au point une voiture autonome

Technologie – La firme de Mountain View a conçu et testé sur plusieurs milliers de kilomètres des voitures autonomes qui se pilotent sans intervention humaine.

Google testait depuis plusieurs mois en secret une flotte de véhicules autonomes capables de parcourir un trajet sans la moindre intervention humaine. Le géant américain vient de révéler son projet au grand jour en expliquant que ces voitures (six Toyota Prius et une Audi TT) ont déjà parcouru plus de 220 000 kilomètres sur les routes californiennes.

Les gens qui les ont croisées et parfois filmées l’année dernière les ont prises pour de « simples » Google Cars qui collectent des images pour Street View. En tout ce sont sept « self driving cars » équipées de caméras vidéo juchées sur le toit, bardées de capteurs et d’un télémètre laser qui circulent en suivant un itinéraire programmé dans le système GPS.

Un seul accident lors des tests

D’après un journaliste du New-York Times qui a pu monter à bord, la voiture a suivi son parcours en respectant les limites de vitesse, la signalisation, les feux rouges, et elle s’est insérée dans le trafic sur l’autoroute en accélérant au bon moment. Bien entendu, une personne se trouve tout de même derrière le volant prêt à intervenir en cas de problème. Une voix off peut avertir le passager en cas de dysfonctionnement d’un des capteurs.

Un seul accident aurait été déploré depuis le début des tests lorsqu’une Google Car arrêtée à un feu rouge a été percutée par l’arrière.

La firme de Mountain View dit avoir mené ce projet pour contribuer à améliorer la sécurité et donner un aperçu de que pourrait être l’avenir des transports individuels. Un avenir auquel Google pourrait bien décider de participer… (Eureka Presse)

Posted in Mobile | Leave a comment